🎬 – Le Grand Bain de Gilles Lellouche

1121588-0a3f2ede86b1d00a297c05e18be6131d-060jpg

J’attendais sa sortie depuis plusieurs semaines, je me suis empressée d’aller voir Le Grand Bain, premier film entièrement réalisé par Gilles Lellouche, curieuse de voir sous quel angle serait abordé ce thème de la natation synchronisée masculine avec un casting 5 étoiles.
J’ai été agréablement surprise, au dessus de mes espérances. C’est un film qui défait les clichés du genre, qui prône la bienveillance, qui arrive à nous faire rire en ne tournant jamais ce sport ni les personnages en ridicule.

Tous les personnages sont attachants et intéressants, à commencer par Mathieu Amalric dans le personnage principal, chômeur dépressif, paumé et incomplet. Son caractère doux au premier abord cache en réalité une lassitude face à ceux qui l’entourent. Sa nouvelle passion pour la natation synchronisée, parce qu’elle est hors du commun, il doit l’assumer pleinement. Cette profonde implication va se révéler libérateur de toute pression et va l’aider à s’affirmer, à ne plus accepter l’inacceptable, et à se libérer de ce qui n’en vaut pas la peine. Il décidera de quitter son job moisi et le patron qui va avec, sa belle-famille pesante et nocive, ses propres complexes. Cette évolution, tout au long du film, est très bien mise en scène et jouée. Son caractère ne change pas du tout au tout, au contraire, on observe le visage du personnage s’ouvrir et s’éclaircir au fur et à mesure du film, avec crédibilité.
Chaque personne a sa trajectoire propre, menant ses combats, luttant contre ses démons, montrant ses évolutions ou ses blocages.

Ce film est une comédie, réussie qui plus est, mais a tenu ce très beau pari de ne pas tourner en ridicule la natation synchronisée masculine. Elle pose même la question : au fond, pourquoi cela nous parait drôle, l’idée de la natation synchronisée par des hommes ? En sortant de la séance, je me suis demandé, qu’est-ce qui m’a réellement fait rire dans ce film ? Ce sont les traits de caractères, les dialogues, les retournements de situations… Mais jamais l’impression de ridicule pendant les scènes d’hommes nageant sur de la musique. Au contraire, j’ai trouvé que c’était les plus belles scènes. Les mouvements de danse ratés de ces nageurs débutants prêtent à sourire, mais tendrement, notamment car ces maladresses n’étaient pas liées à ce sport en particulier. Ces scènes auraient été drôles qu’elles qu’en soit le sport montré.

Plus qu’une comédie, c’est un film feel good, qui donne confiance en soit, qui prône la bienveillance, la compréhension, la compassion. Et pour couronner le tout, vous verrez Marina Foïs, Leila Bekhti, Virginie Efira, Philippe Katerine, Guillaume Canet, Jean-Hugues Anglade, Mathieu Amalric, Benoît Poelvoorde plus drôles et attachants les uns que les autres.